+33 (0)9 72 45 40 85

Dans les vignes d’Angélus, Ted passe à l’action

Le 22 mai 2019

Dans les vignes d’Angélus, Ted passe à l’action

Engagé depuis 2018 dans une conversion en bio, le vignoble d’Angélus a renoncé au désherbage chimique il y a déjà plusieurs dizaines d’années. Le nettoyage et l’entretien des pieds de vigne y est historiquement géré à l’aide d’outils mécaniques actifs et passifs. Depuis quelques semaines, le robot autonome Ted apporte sa contribution au travail stratégique du cavaillon.

L’intégration de l’enjambeur viticole Ted, arrivé à Saint-Emilion au mois de mars 2019, ne vise pas à révolutionner sur le fond les pratiques d’Angélus. S’il a séduit les équipes du domaine, c’est d’abord pour son intérêt agronomique. « Ted ne pèse que 900 kilos, son utilisation permet donc de moins tasser et abîmer les sols. Ses roues ne laissent aucune trace et les allées sont épargnées. Pour les couverts végétaux présents dans l’inter-rang sur l’ensemble de nos parcelles, l’avantage est considérable : c’est la garantie de préserver la biodiversité des sols et la vie du vignoble », explique Benjamin Laforêt, responsable Recherche et Développement pour Château Angélus.

S’inscrivant dans la démarche qualité et environnementale de l’exploitation, Ted constitue aussi un atout pour l’organisation du travail sur place. « Sur les périodes en tension comme au printemps, nous ressentons le besoin de machines et de chauffeurs supplémentaires pour le travail du sol. Un robot électrique et autonome nous permettra à terme d’alléger le temps travail de nos équipes sur ces tâches-là. Elles pourront ainsi se concentrer sur d’autres aspects qualitatifs, notamment liés à la gestion du domaine en bio. »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Château Angélus (@chateauangelus) le

Une adaptation « maison »

Avant sa première sortie sur vignes, les tractoristes d’Angélus ont souhaité adapter sur Ted leurs propres outils, en s’exonérant de ses lames à tâteurs réglables et en remplaçant les doigts Kress à l’arrière. Quelques découpes, soudures et tests plus tard, il est désormais équipé de lames interceps sans tâteurs et d’une paire de disques. « Une fois tous nos réglages apportés, il fait exactement le travail qu’on attend de lui, de la même manière que les autres outils mécaniques. » Dans un premier temps, une zone de 8 hectares a été cartographiée sur laquelle il faudrait, pour un travail propre, faire passer Ted tous les 10 jours. Pour le moment, en fonction de la météo et compte-tenu de sa vitesse d’avancement, il lui faut une semaine et demie à deux semaines pour la désherber. Pour renforcer les passages de Ted, une partie de la zone est donc aujourd’hui travaillée en alternance au tracteur, au cheval ou à l’enjambeur.

 

Work in progress

Un simple « outil complémentaire », Ted ? Pas vraiment. Car les équipes du vignoble sont conscientes de la marge de progression du robot, et soulignent leur volonté d’accompagner son évolution. « Prototype déjà très avancé, il n’est pas encore tout-à-fait mature et l’idée de cheminer ensemble pour en faire un outil parfaitement fonctionnel est très stimulante », se réjouit Benjamin Laforêt. Pionnier en la matière, le domaine a passé un contrat de R&D avec Naïo Technologies, qui implique de tester l’enjambeur en conditions réelles pour contribuer à son amélioration.

Vitesse d’avancement sur le rang, fonctionnement des équipements, bugs éventuels… Angélus scrute de près le travail de Ted et fait remonter à Naïo ses remarques, ses idées et les résultats observés. « La réactivité de Naïo est remarquable, avec des évolutions logicielles et techniques réalisées rapidement, l’envoi de pièces de rechange ou même de quelqu’un sur place pour résoudre les problèmes rencontrés. L’entreprise est à l’écoute de nos retours et de nos besoins pour faire grandir Ted, par exemple en travaillant au perfectionnement technique des porte-outils, sur lesquels nous aimerions que les interventions mécaniques soient facilitées », détaille le Responsable R&D.

Avancer ensemble

Un véritable partenariat est donc en cours, puisque « Naïo s’appuie sur l’expertise agricole de nos tractoristes et sur un support vignes grandeur nature », qui permet des observations terrain dans un environnement donné – typologie de sol, pluviométrie, particularités pédologiques…

Du côté d’Angélus, l’objectif à l’horizon 2021 est « d’avoir un Ted 100% autonome et efficace sur l’ensemble du domaine, avec la satisfaction d’en avoir été en partie les artisans, et finalement d’avoir contribué à développer un robot parfaitement adapté aux besoins de notre vignoble ».

En savoir plus sur le robot Ted : https://www.naio-technologies.com/machines-agricoles/robot-enjambeur-viticole/

Crédits photos : Château Angélus

  • Par Naïo Technologies  0 Commentaires   

    0 Commentaires