+33 (0)9 72 45 40 85

Désherbage et Engrais : Dino fait d’une pierre deux coups

Le 15 décembre 2020

Désherbage et Engrais : Dino fait d’une pierre deux coups

Dino prend du galon. Un prototype de notre robot de désherbage en plein champ combine désherbage et épandage d’engrais dans les parcelles. L’adaptation a été faite localement et montre le potentiel prometteur de Dino pour les années futures.

Combiner désherbage et épandage d’engrais en un seul passage

Dino ajuste son travail de désherbage aux structures de parcelles grâce au système RTK et éventuellement à une caméra de guidage embarquée sur le porte-outil. Mais il a encore franchi une étape dernièrement lors d’un essai sur salade de plein champ. Une adaptation lui donne la possibilité de combiner deux opérations culturales en une : désherbage et fertilisation.
« S’il y a besoin d’une adaptation locale sur Dino et que nous sommes capables de le faire, nous sommes toujours partants !» explique Guillaume, référent commercial et technique à Angers.  « Lorsqu’un producteur nous a dit qu’il aimerait économiser un passage de tracteur pour l’épandage d’engrais, nous avons réfléchi à une solution. Nous avons contacté un constructeur d’équipements maraîchers local sur Saumur, Huet2M, pour vérifier la faisabilité de la chose ». Le distributeur d’engrais de la marque a été intégré sur Dino, ainsi qu’un système d’ergot pour faire descendre l’engrais par gravité. Grâce à une régulation DPAE, les doses sont distribuées en fonction de l’avancement du robot.

Dino aussi précis que des matériels classiques

L’exploitant agricole a choisi d’épandre des engrais azotés sous forme de granulés à libération différée. Il a utilisé essentiellement le robot prototype en début de saison pour la fertilisation. « Mais on pourrait très bien considérer l’apport de fertilisants à chaque moment opportun, en même temps qu’est réalisé le désherbage ! ».

L’essai a été fait en plein champ, sur la parcelle de l’agriculteur, à savoir un peu plus d’un hectare. Le volume de la cuve peut contenir 200 kilos actuellement, mais il est adaptable en fonction des besoins, le tout dans les limites acceptables par le châssis du robot.
« Le travail réalisé est très bon » : l’apport d’engrais a été réalisé dans les règles de l’art, avec la dose appropriée et au moment opportun pour le développement des cultures, « tout comme l’aurait été un apport avec du matériel classique ».

Economiser un passage : un gain de temps précieux

L’avantage principal de l’opération est de supprimer le passage de tracteur lié à l’épandage, « tout en conservant les avantages de Dino ».
Le co-développement avec les producteurs agricoles a toujours été l’une des clés du dynamisme de Naïo et d’autres outils sont d’ores et déjà à l’étude. L’objectif de Dino de devenir un matériel polyvalent sur l’itinéraire technique global d’une culture donnée est en bonne voie !

  • Par Naïo Technologies  0 Commentaires   

    0 Commentaires